Nemesis

Publié le par Fan Tine

Nemesis

Sue et John Hacket ont vu l'horreur absolue quand ils ont retrouvé chez eux leur petite fille sauvagement assassinée. Pour ne pas sombrer dans la folie et tenter de sauver ce qui reste de leur mariage, ils déménagent et partent s'installer dans la petite ville de Hinkston. Or, autrefois paisible, cette bourgade est aujourd'hui déchirée par une série de meurtres aussi atroces qu'inexpliqués. C'est qu'elle abrite un terrible secret, vieux de cinquante ans, un secret aux conséquences si épouvantables qu'il était censé avoir été étouffé à jamais pendant la guerre. Mais ce ne fut pas le cas, et Sue Hacket, encore fragilisée par ce qu'elle a traversé, risque bien d'en faire l'horrible expérience..

Je vais faire quelque chose que je n'ai jamais fait avant. Jamais je n'ai déconseillé de lire un livre mais pourtant c'est bien le cas: si vous êtes sensible, si vous avez des enfants ou si vous êtes influençable, fuyez ce livre. Au vu des images qui ne cessent de me hanter ( étant maman d'une petite fille de bientôt 4 ans, je ne pouvais m'empêcher de penser à ma fille et d'associer son visage à cette petite fille, de m'imaginer à la place de cette maman vivant cette tragédie ), je n'aurai jamais du lire ce livre. Il est fortement dérangeant psychologiquement et perturbant moralement. On y trouve le viol et le massacre d'une enfant de 4 ans et aucun détails ne nous est épargné. Tout au long du livre, l'auteur nous livre des descriptions détaillées du supplice ( viol, tortures et massacre ) infligé à cette petite fille. A chaque fois que je pensais cela derrière moi, je tombais sur un passage me frappant de plein fouet. Je sais, vous allez me dire que j'aurais dû m'arrêter, ne pas aller plus loin. Oui, certainement mais comment vous expliquer. Pour moi, ce fût impossible. Non car malgré ma répulsion, il fallait que je sache pourquoi et surtout, j'espérais que le coupable paierait pour ça, qu'il le paierait très cher.

L'auteur réussit l'exploit de nous piéger psychologiquement. On veut arrêter mais on est obligé de continuer. En effet, tout commence avec une expérience secrète commanditée par l'armée pendant la Seconde guerre mondiale. Une expérience touchant à la procréation, la grossesse, la création de la vie. Mais nous n'en saurons pas plus, à part que les résultats ne vont pas être ceux attendus. Tout est suggéré, rien n'est expliqué. Pour cela, il faudra attendre la fin. Et plus nous avançons dans l'histoire, plus cela nous obsède. On veut comprendre en quoi consiste l'expérience, faire toute la lumière sur les zones d'ombre. Et c'est une des raisons qui font que je n'ai pas pu lâcher ce roman malgré toute l'horreur qu'il m'a inspiré. C'est la pureté et l'innocence qui sont pervertis ici. Les enfants issus de cette expérience sont particuliers, très particuliers. Ce livre n'est qu'une fiction ( Dieu merci ! ) mais quand on y pense, cela fait froid dans le dos d'imaginer les dérives de la science dans ce domaine, dans tout les domaines d'ailleurs. Cela amène à se demander jusqu'où l'homme ira dans sa quête pour se prendre pour Dieu.

Jusqu'à la moitié du livre, on alterne entre les années 1940 et nos jours. Entre les débuts du projet scientifique et notre époque. Notre époque où nous faisons connaissance de la famille Hacket, bientôt dévastée par un drame atroce, causé en grande partie par l'infidélité du mari. Cette famille qui va déménager pour prendre un nouveau départ. Un nouveau départ qui va signer le début de la fin. Le dénouement est assez surprenant et pose de nouveau une question: jusqu'où est on prêt à aller pour avoir un enfant ? Un point positif est que les chapitres sont courts et se lise rapidement. Un autre bon point: la couverture flippante à souhait est un atout qui m'a attiré vers ce livre et qui colle vraiment à la perfection au thème de l'histoire. Mais ce livre fait définitivement parti de ma liste noire: ceux qui m'ont dérangé, qui m'ont perturbé, que je n'aurai jamais dû lire et que je ne relirai jamais. Je ne mettrais donc pas de citation tirée du livre pour cette chronique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article